La République du Congo est en quête de la durabilité financière pour ses services de vaccination par le biais du plaidoyer budgétaire. Le programme de financement durable de la vaccination (SIF) de Sabin a été lancé au Congo en février 2012.

Structure du programme de vaccination

Le programme de vaccination du Congo (EPI) est géré par le département de la santé familiale, qui fait partie du ministère de la Santé.

Progrès réalisés au Congo à ce jour

Dépenses du gouvernement pour la vaccination

Mécanisme de financement de la vaccination

Suivi des dépenses

Législation pour la durabilité

Réseau national de plaidoyer

Éléments d’entrée du programme SIF

Dépenses du gouvernement pour la vaccination

Entre 2006 et 2014, le revenu national brut du pays est monté de 1 210 USD à 2 680 USD par personne, soit une augmentation de 121 %. D’après le formulaire de rapport commun (FRC) de l’OMS/UNICEF, le gouvernement du Congo a dépensé au moins 3 USD en vaccination de routine par enfant survivant en 2006. En 2014, ce chiffre était monté à 17 USD, soit cinq fois plus. En outre, la part des dépenses totales de vaccination de routine prise en charge par le gouvernement est montée de 26 % à 40 % pendant cette période. Depuis 2010, le Congo fournit des informations régulières concernant les indicateurs financiers du FRC. Les données semblent indiquer que le Congo fait des progrès vers son objectif, qui consiste pour le pays à prendre en main son propre programme de vaccination. Parmi les pays bénéficiant du SIF, le Congo est en sixième position pour ce qui est des dépenses de vaccination de routine par enfant survivant en 2014.

Le rapport financier du FRC pour le Congo entre 2006 et 2014.

Mécanisme de financement de la vaccination

En octobre 2014, le MS a commencé à élaborer des directives pour un « compte d’affectation spécial » qui servira à l’obtention de vaccins et qui sera subventionné par une taxe imposée aux les compagnies aériennes.

Suivi des dépenses

L’équipe de l’EPI a réalisé un exercice d’analyse budgétaire à l’aide de l’outil de processus de budget du SIF en août 2013.

Législation pour la durabilité

Le titre I,  34 de la constitution de 1992 déclare : « L’État est le garant de la santé publique. Chaque citoyen a droit à un  niveau de vie adéquat pour sa santé et son bien-être et pour ceux de sa famille, ce qui inclut la nourriture, les vêtements, le logement, les soins médicaux et les services sociaux nécessaires. Le droit de créer des établissements sociaux privés et de santé est garanti. Les établissements sociaux et de santé doivent être approuvés par l’État et se soumettre aux lois en vigueur. »

Le gouvernement du Congo a commencé à préparer le projet de loi national sur la vaccination en juin 2012.

Lors d’un atelier d’échange entre pairs organisé en novembre 2012, des intervenants congolais ont modifié le projet de loi.

Réseau national de plaidoyer

En août 2015, le président du comité de la santé de l’Assemblée nationale a commencé à organiser une coalition parlementaire pour la vaccination.

Éléments d’entrée du programme SIF

  • Août 2015 : le directeur de programme et le point focal de programme rencontrent le comité de la santé de l’Assemblée nationale.
  • Juin 2015 : le président du comité de la santé de l’Assemblée nationale s’unit à la mission de coalition de plaidoyer en RDC dans la province de Katanga.
  • Décembre 2014 : des intervenants congolais s’unissent à des délégués de RDC, de Madagascar, du Cameroun, du Mali et du Sénégal lors d’un atelier d’évaluation entre pairs.
  • Août 2013 : des intervenants congolais assistent à un colloque sponsorisé par Sabin.
  • Novembre 2012 : des intervenants congolais s’unissent à des délégués de RDC, de Madagascar, du Cameroun, du Mali et du Sénégal lors d’un atelier d’évaluation législative entre pairs.
  • Février 2012 : le point focal de programme organise une séance d’information de présentation avec le MS et l’EPI.